Turn a_ Lab BXL : Cosmovisions Dansées (Aurore Lacrosse)

Turn a_ Lab BXL : Cosmovisions Dansées (Aurore Lacrosse)
Artistic Research and Sharing between Bruxelles and Turin

Cette vidéo a été réalisée par DDimm Tuttle et est le résultat du Turn_a lab « Cosmovisions dansées » coaché parAurore Lacrosse

Les ateliers « Turn_a Lab » sont des rencontres liées à la recherche sur le mouvement, le corps et le geste pour s’enrichir mutuellement et pour découvrir à tous niveaux… L’objectif est d’établir des connexions entre la danse et d’autres disciplines : théâtre physique, acrobatie, pilates, yoga…

Ils ont lieu deux jeudis par mois entre 18h30 et 20h30 du 10 septembre au 23 juin 2016 à l’asbl Cirqu’conflex à Bruxelles et sont organisés par le collectif ELMABONDS.

Performance: Impulsion of Life à « Mons Invisible »

10435373_10207124929907165_3389953269413758984_n

Le collectif Elma Bonds et le monde sonore de Laryssa Kim vous invitent ce dimanche 16 août de 16h30 à 19h à Mons pour assister à la performance « Impulsion of life ».

Moments de vie en mouvement, les corps voyagent et créent des relations physiques istantanées et uniques, chaque action provoque une réaction. Explorations qui rencontrent la musique et le son et se nourrissent de l’atmosphère du Jardin suspendu.

Où ? Jardin suspendu — 8, rue de la boulangerie — 7000 Mons (Belgique)

Le projet Mons Invisible
« Nous nous approchons peut-être d’un moment de crise de la vie urbaine, et Les Villes Invisibles sont un rêve qui naît au coeur des villes invivables » écrivait l’écrivain italien Italo Calvino en 1972. Où en sommes-nous aujourd’hui ? Qu’est-ce qui rend en 2015 la ville vivable, et plus que cela, la ville vivante ?

Le programme jeunesse de Mons 2015 intitulé Mon(s) idéal invite citoyens montois et artistes de toute l’Europe à exprimer utopies et engagements pour construire l’avenir. ConstructLab construit au coeur du jardin suspendu une Agora, lieu de vie et de partage de leurs histoires. Car faire cohabiter fictions et réalités, rêves et complexités, personnages inventés et voisins de quartier dans un même lieu de vie, voilà l’idéal de Mons invisible.